You are currently browsing the category archive for the ‘politique’ category.

Chères électrices, chers électeurs, 

Je vous remercie très sincèrement pour votre soutien.

Vous m’avez fait confiance et je vous en suis reconnaissant. 

Nous avons ensemble contribué à faire réélire notre Conseiller National Hugo Fasel.

Il a par le passé prouvé à maintes reprises qu’il méritait cette confiance. 

Je suis convaincu qu’une fois de plus, il s’engagera de toutes ses forces pour défendre notre vision d’une Suisse solidaire, ouverte et respectueuse de son environnement. 

Qu’en à moi, je me réjouis de continuer à travailler à l’amélioration de la qualité de vie dans notre ville et notre canton, ceci dans le cadre de mes mandats politiques et associatifs actuels. 

Bien cordiales salutations à toutes et tous. 

Pierre-Olivier Nobs

Publicités
 

Intervention pour la semaine de la mobilité 2007, le lundi 17 septembre à 20h à la salle Rossier

Bonsoir à toutes et tous 

Je m’exprime ce soir, non seulement en tant que membre du comité de l’ATE Fribourg, mais aussi en tant qu’élu au Conseil général de la ville de Fribourg et en tant que candidat au Conseil national.

Ce soir, dans cette petite introduction, j’aimerais surtout parler de l’obligation que nous autres citoyens et politiques avons envers nos aînés, plus particulièrement en ce qui concerne leur mobilité.

Il est entendu que nos préoccupations envers eux ne s’arrêtent pas à cette seule thématique et doit également concerner leurs moyens de subsistance, leurs droits à disposer d’un logement dont le prix est en relation avec leurs moyens financiers, l’intégration intergénérationnelle, le maintien à la maison, les soins à domicile, sans oublier l’accès aux soins de qualité.

N’oublions pas  que  se préoccuper de nos aînés, c’est aussi se préoccuper de nous-mêmes, car nous aussi, nous vieillissons. En 2036 les personnes âgées seront  50% plus nombreuses qu’aujourd’hui ; en 2036 je ferai moi-même, comme beaucoup d’entre vous dans cette salle, partie de ce groupe.

En matière de mobilité, et ce de manière injuste, on pense souvent que les aînés, au volant, sont de potentiels fauteurs d’accidents de la route.Les statistiques prouvent pourtant le contraire,  les aînés sont plus souvent en danger que dangereux pour les autres en tant qu’automobilistes. 

Par contre, en tant que piétons, deux tués sur trois étaient âgés de plus de 65 ans.Dans la classe d’âge des 80 à 84 ans le risque d’être blessé est huit fois plus élevé que chez les 40-44 ans.Dans 72 % des accidents, la faute était entièrement imputable aux autres acteurs du trafic.On constate que l’aménagement urbain de nos villes est rarement adapté aux besoins des personnes âgées.Les bancs sont trop rares, les paliers (marches, escaliers) trop peu distincts, les feux passent trop vite au rouge.Des îlots de sécurités manquent  trop souvent au milieu des passages piétons.Le travail de sensibilisation concernant la sécurité routière de cette tranche si importante de nos concitoyens est quasi inexistant. 

Manifestement l’urbanité de nos villes exclut nos aînés. On oublie de les consulter pour connaître leurs difficultés.

Pourtant, conserver la mobilité des personnes âgées est positif  et important pour eux, comme pour nous.Les déplacements à pied contribuent au maintien de  leur santé, évitent l’isolement et leurs permet de vivre de manière autonome le plus longtemps possible.Ces objectifs si importants pour eux comme pour nous sont en contradiction avec les possibilités existantes de se déplacer en toute sécurité dans l’espace public.

Il est donc temps de passer aux actes. 

Au niveau communal, Il est impératif de faire réaliser des enquêtes ou des ateliers participatifs auprès des aînés pour identifier les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs déplacements. Un questionnaire type avec une grille d’analyse existe et est proposé par notre bureau conseil de Genève.J’en ai parlé de manière informelle à certains responsables politiques de notre commune, mais je n’ai jamais trouvé d’oreilles attentives et intéressées.Il est urgent que nos exécutifs et législatifs communaux prennent enfin la mesure de leurs responsabilités.Que des crédits soient  alloués à la réalisation rapide des mesures qui s’avéreront nécessaires. 

Au niveau cantonal, notre canton, au lieu de faire des cadeaux fiscaux, ferait mieux de créer un fonds d’aide à la réalisation de telles mesures, ce fonds serait aussi destiné à la promotion de la mobilité douce en général.Notre canton pourrait également affecter une partie de l’impôt cantonal sur les véhicules pour créer ce fond. Ce n’est certes pas au canton de se substituer aux communes dans la durée, mais de manière limitée dans le temps il se doit de donner l’impulsion et une partie des moyens. 

Au niveau fédéral, bien qu’exigées aux agglomérations par la Confédération via le fonds d’infrastructures, les mesures de mobilité douce s’avéreront les parents pauvres en terme de budget et de réalisations.J’attends de la Confédération qu’elle renforce ses exigences en la matière pour toute obtention future de crédits routiers.

En cas d’élection cet automne, je m’y emploierai.  

Avant de terminer, j’aimerais encore attirer l’attention sur la complémentarité des mesures à prendre pour nos aînés.Celles-ci seront également positives pour les personnes à mobilité réduite, pour la mobilité en toute sécurité de nos enfants et celle des piétons en général. 

Enfin, je suis convaincu qu’investir dans la mobilité douce notamment, c’est faire le pari qu’une qualité de vie retrouvée pour toutes les générations est possible dans nos agglomérations et nos villages.

Merci

En réponse à la lettre de lecteur parue dans la Liberté du 5.9.2007 et qui prétend que le remplacement des ampoules économiques est un faux calcul, je désire apporter la réponse suivante :

Notre pays est confronté au défi suivant :Comment faire face à la demande croissante en énergie, tout en réduisant nos rejets en CO2  nuisibles pour le climat, sans construire de nouvelles centrales nucléaires, sans importer du courant électrique étranger d’origine nucléaire ou thermique ?

Le remplacement des ampoules classiques par des ampoules économiques est un moyen efficace pour réduire la consommation d’électricité, ce qui rendra inutile la construction d’une nouvelle centrale nucléaire.Certes une ampoule à incandescence a un rendement lumineux de 10% et produit 90 % de chaleur qu’il faudra compenser en hiver. Reconnaissons qu’en été nous devons de plus en plus souvent climatiser nos bâtiments. L’utilisation d’ampoules économiques aura aussi un impact positif sur la consommation des climatiseurs.

La production de calories par 100’000 capteurs solaires thermiques compensera en partie le besoin en calories provoquées par ce changement d’ampoules, sans compter des normes sévères en terme de consommation énergétique pour les nouveaux logements. N’oublions pas que c’est dans la production de chaleur que résident les plus importants potentiels de substitution des énergies fossiles.

Pour terminer, je rappelle que notre Ministre de l’énergie ne prendra pas cette mesure isolément. Celle-ci sera partie intégrante de mesures qui se complètent.Pour protéger le climat et faire baisser nos rejets en CO2 il y a une multitude de moyens, ce n’est plus qu’une question de volonté politique.

Pensez-y au moment de choisir vos représentants lors des élections fédérales du 21 octobre.

Pierre-Olivier Nobs

Candidat au Conseil National.

Lettre publiée dans la liberté du mardi 18 septembre 2007

Si vous souhaitez me soutenir, visitez la page « Comment me soutenir« .

Elle vous donne quelques idées ainsi qu’un flyer contenant mes engagements.

Vous pourrez ainsi le distribuer à vos proches, amis, voisins, etc…

Merci pour votre aide !

Pierre-Olivier Nobs

Je m’engage pour une société solidaire et durable 

Pour :

  plus de protection de l’environnement

  une politique en faveur du climat

  la société 2000 watts

  une Suisse sans nouvelles centrales nucléaires

  une politique agricole locale et sans OGM

  moins de voitures en ville et plus de place pour la qualité de vie

  le maintien des acquis sociaux

  des allocations familiales aussi pour les enfants des indépendants

  la formation continue

  la prise en charge des médecines alternatives

  une Suisse active en matière de promotion de la paix

Notre action politique s’inspire de la doctrine et de l’éthique chrétienne-sociale. Elle incarne une conception de l’Homme et de l’univers visant une existence sûre et digne, la solidarité et une profonde estime de la personne.Ces déclarations fondamentales sont intelligibles par tous, donc également par ceux qui ne se réclament pas du christianisme. Aussi le C ne doit-il pas être interprété uniquement dans un sens œcuménique; pour le PCS, le terme de chrétien a une valeur interreligieuse et globale dans le sens de valeur universelle telle que définie par l’ONU.

Le Parti chrétien-social du canton de Fribourg a désigné ses sept candidat-e-s pour les élections nationales du 21 octobre. Avec cette liste composée de personnalités de premier plan, le PCS veut conserver le siège qu’il occupe à Berne depuis 1991. Le Conseiller national sortant Hugo Fasel, St-Ours, président Travail Suisse, vient en tête de liste.

Candidats PCS Fribourg



Le Centre Gauche-pcs entend défendre sa place au Conseil communal de la ville de Fribourg
 

VOTEZ LA LISTE 2 pour l'élection au Conseil communal

VOTEZ LA LISTE 4 pour l'élection au Conseil général

Les derniers commentaires

Germaine et Pascal K… dans Merci pour votre soutien…

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Publicités