27 mai 2013

« Es ist mir eine Ehre, dass ich heute Abend meine Worte an Sie richten darf, und ich möchte mich ganz herzlich dafür bedanken.

Prononcer un discours inaugural est un privilège et en même temps un défi.

Il est vrai que mes illustres prédécesseurs ont déjà tout ou presque tout dit avec tant de maestria.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à d’abord à adresser mes chaleureux remerciements au Président sortant, M. le Conseiller général J.-P. Wolhauser. C’était un plaisir que d’être son vice-président.

Je tiens aussi à adresser mes remerciements bien appuyés à notre secrétaire de Ville adjoint, M. A. Pillonel, qui est fidèle à notre Conseil depuis 1986. M. Pillonel est avec nous ce soir et demain soir pour la dernière fois avant une retraite bien méritée.

A ce titre, au nom du Conseil général de la Ville de Fribourg, j’ai le plaisir de vous offrir ce petit cadeau, en reconnaissance de tout ce que vous avez fait pour le bien de notre cité. »

  1. André Pillonel, Secrétaire de Ville adjoint, adresse ses remerciements émus à l’assemblée du Conseil général. Le présent et les fleurs qui lui sont offerts lui font grand honneur.

« J’adresse aussi mes et nos meilleurs voeux de bienvenue à M. N. Defferrard Crausaz, qui lui succèdera lors de la prochaine séance de notre Conseil.

Je rêve d’un conseil général qui sache tirer à la même corde, qui sache regarder dans la même direction.

Der Generalrat, meine Damen und Herren, soll stets am gleichen Strick ziehen – das ist mein Traum. Er soll vereint in eine gemein-same Richtung schauen können.

Aber warum, mais pourquoi ?

Ganz einfach, weil die Herausforderungen, welche auf uns warten, gross sind, um nicht zu sagen immens.

Je me contenterai de ne citer que les principaux défis :

– maintien de la cohésion sociale, gage de paix, de sécurité et de prospérité;

– Fusion mit umliegenden Gemeinden, um somit ein starkes, zweisprachiges, stolzes und unabhängiges kantonales Zentrum zu bilden;

– mise à jour de nos infrastructures scolaires, DOSF etc.;

– Neugestaltung des urbanen Raumes und Aufwertung des historischen Stadtkerns, am Bahnhofplatz, Grand-Places und z.B das Projekt BLUEFACTORY

– gestion de la mobilité dans l’hyper-centre d’une agglomération qui s’asphyxie chaque jour un peu plus à cause des excès du trafic;

– Belebung der lokalen Wirtschaft und des Tourismus;

– mise à niveau de nos bâtiments publics trop énergivores et transition énergétique dans le respect de notre environnement et du développement durable;

– Erhöhung unserer Lebensqualität und Aufwertung der Natur in der Stadt;

Le tout dans un contexte de stagnation des ressources financières cumulée à une conjoncture morose voire défavorable.

Pour faire face à de si grands enjeux, seule l’union de nos forces et de nos compétences diverses fera la différence.

N’oublions jamais, que nous n’avons pas été élus pour nous représenter nous-mêmes, ni pour faire dans ce parlement la cuisine de nos partis politiques respectifs.

Nous sommes tout simplement les représentants des 37’259 habitants de Fribourg. En acceptant notre charge, nous avons accepté de nous engager, de nous mettre à leur service, pour le bien de tous, qu’ils soient pauvres ou riches, enfants ou aînés, suisses ou étrangers.

Nous ne devons aussi pas oublier qui nous sommes et d’où nous venons. Sachons honorer les anciens, notre passé et nos traditions et inscrire nos actions dans la continuité.

Les Fribourgeoises et les Fribourgeois attendent de nous que nous sachions être attentifs à leurs besoins, que nous soyons à leur écoute. Ils attendent aussi que nous soyons visionnaires, imaginatifs, courageux et tournés vers la recherche de solutions. Ils attendent que nous sachions dépasser ce qui nous divise pour trouver ce qui nous rassemble afin de construire le Fribourg d’aujourd’hui et de demain.

Es geht hier auch darum, mutig nach vorne zu schauen und gewisse Risiken einzugehen. Nie sollen wir uns zu schade sein, den Bürgerinnen und Bürgern zu erklären, aus welchen Gründen wir diese und nicht eine andere Entscheidung getroffen haben.

Notre ville est fantastique. Riche par la jeunesse et le dynamisme de sa population. Riche de son patrimoine historique exceptionnel. Riche par sa culture du savoir et de la connaissance, riche par sa situation géographique qui nous offre naturellement la chance d’appartenir à deux cultures et à deux langues.

Sachons tirer parti de cette richesse. Ne nous réfugions pas derrière les carcans étroits de nos lois et règlements, pour nous satisfaire d’un statu quo insatisfaisant. Sachons cultiver nos deux langues et nos deux cultures.

Les francophones se réjouissent d’améliorer leur allemand. Les germanophones d’améliorer leur français.

Francophones, et moi le premier, jetons-nous à l’eau ! Les fautes n’ont jamais tué personne !

Deutschsprachige, seid Euch bewusst, dass es für uns Welschen schwierig ist, mit zwei Sprachen konfrontiert zu sein – Schwiizerdütsch und Hochdeutsch.

Cultivons ce lien naturel et indispensable de la compréhension et de l’entente mutuelle. Cultivons aussi ce que j’appelle ‘la bilinguisme attitude’ dans la vie de tous les jours. Hors de cette enceinte, avec nos amis, nos collègues et transmettons ce réflexe aux autres corps de la société civile.

Ce qui fait la force de Fribourg, c’est que ses habitants aiment leur ville !

A nous d’oeuvrer ensemble pour qu’ils puissent continuer de l’aimer, d’en être fiers et que chaque jour ils se demandent ce qu’ils peuvent faire de plus pour elle !

Que vive…….! – Es lebe die Stadt Fribourg/Freiburg! ».

Pierre-Olivier Nobs

Publicités