7 avril 2014

« Mesdames et Messieurs les membres du Conseil général,

Le 8 mai 2014, je terminerai officiellement mon mandat.

Présider notre Conseil fut pour moi un honneur et un plaisir.

J’en garderai aussi de très bons souvenirs.

Sehr geehrte Damen und Herren, Mitglieder des Generalrates

Am 8. Mai 2014 werde ich offiziell mein Mandat beenden.

Es war mir eine Ehre und ein Vergnügen, unseren Generalrat zu präsidieren.

Ich werde diese Zeit immer in guter Erinnerung behalten.

Certes au départ, cela fait un peu peur mais une fois la vitesse de croisière atteinte, la satisfaction est au rendez-vous.

Je sais, chères et chers collègues que souvent nous, membres du Conseil général, aimerions avoir un peu plus de poids dans les décisions et plus d’indépendance par rapport au Conseil Communal. J’ai pu le constater par exemple avec le dossier de la fusion tout en profitant au passage de remercier les membres de cette Commission pour l’excellent travail accompli.

Mais n’oublions pas que nous sommes deux organes du même corps. Que nous avons pour mission de travailler en regardant dans la même direction pour le bien de notre population et de notre ville. Que nous devons respecter la séparation des pouvoirs entre le Conseil communal et le Conseil général. Cette séparation des pouvoirs est un principe essentiel à toute démocratie. Il permet de préserver les droits fondamentaux, la liberté de pensée et d’action,les sensibilités et la concorde, notamment entre nos deux Conseils. En tant que Président, je me suis efforcé de respecter ce principe.

J’ai cependant pu constater que la tâche de notre secrétariat n’était pas toujours facile et que parfois satisfaire les demandes de notre Conseil et de son Président pouvait être en porte-à-faux avec les intérêts du Conseil communal. Mais n’oublions pas que jusqu’en 1982, le syndic d’une commune cumulait la fonction de syndicet de Président du Conseil général et que les habitudes ont la vie dure ! Pour l’instant les dispositions légales ne nous permettent pas de nous émanciper plus.

Petit bilan

Votre Président sortant a préparé les séances de notre Conseil en collaboration étroite avec notre secrétariat, géré les débats qui se sont déroulés sur neuf soirées. Sur invitation, il a rendu visite à la Commission financière et à la Commission de fusion et les en remercie. Lancé un processus de toilettage de notre règlement ainsi qu’une réflexion qui propose d’augmenter la visibilité du Président de notre Conseil. Répondu à la presse et donné trois interviews aux médias électroniques, écrit au Conseil d’Etat pour lui manifester l’intérêt de notre Conseil à être associé aux festivités d’inauguration du pont de la Poya, organisé une course d’école. Bien entendu, il a continué à faire avancer le processus de révision de la brochure qui explique le job de Conseillère et de Conseiller général ainsi que les travaux en lien avec la nouvelle loi de l’information. Répondu aux courriers et transmis à qui de droit. Il a représenté notre Conseil et la population de notre ville à plus de cinquante reprises. Rencontré de manière informelle les Présidents des Conseil généraux de Villars-sur-Glâne et de Marly, dont je salue encore la présence parmi nous ce soir. Un moment marquant qui restera gravé dans ma mémoire fut les voeux adressée en votre nom à Messeigneurs Morerod et de Raemy. Un autre fut les salutations officielles adressées aux groupes participants aux rencontres internationales de folklore de Fribourg, salutations exprimées en bulgare, népalais, russe, roumain, polonais, portugais et espagnol et ceci au nom de nos deux Conseils, le Conseil communal étant en vacances durant cette période.

Bevor ich meinen Posten abgebe, liegt mir daran, noch einmal meine Sicht der Zweisprachigkeit zu erörtern. Wir sollten daran bleiben, sie im Rahmen und im Herzen unseres Rates zu fördern. Die Zweisprachigkeit ist ein Trumpf unserer Stadt und für die Zukunft von Gross-Freiburg-Fribourg. Sie hebt uns unter anderem von den Agglomerationen Lausanne und Bern ab.

C’est pourquoi il est si important de songer à créer un destin commun non seulement avec des communes voisines francophones, mais aussi avec des communes voisines germanophones.

Es scheint mir wichtig, dass man auch daran denkt, Düdingen und gegebenenfalls Tafers in den Prozess einzuschliessen, um eine einheitliche zweisprachige Kantonshauptstadt zu kreieren.

Une capitale cantonale bilingue qui est économiquement et culturellement forte, qui cultive la connaissance et le savoir, qui sache s’inscrire sur la diversité de ses membres pour développer une identité commune et dans laquelle il fait bon vivre.

Remerciements

Je remercie très chaleureusement Mmes N. Defferrard Crausaz, N. Marvardi et I. Buntschu pour leur travail de grande qualité et leur engagement pour le secrétariat du Conseil général ! J’ai véritablement pu compter sur un secrétariat efficace, compétant et zélé ! Je remercie aussi les scrutatrices et les scrutateurs, qui font un travail parfois ingrat, mais hautement important. Sans oublier notre scrutateur-chef, M. F. Miche.

Un grand merci aussi au personnel de notre Commune qui oeuvre dans l’ombre pour notre Conseil et pour notre Ville, ainsi qu’aux différents huissiers qui se sont succédé pour assurer le bon déroulement et la sécurité de nos débats. Enfin, Je remercie notre Conseil communal pour sa collaboration et en particulier notre Syndic, M. P.-A. Clément, pour sa disponibilité et l’excellent climat de collaboration tout au long de mon année de Présidence.

Chères et chers collègues du Conseil général, je tiens à vous réitérer mes remerciements pour votre confiance. Ce fut, je le répète,7un honneur que de présider cette noble assemblée en aussi bonne compagnie.

Liebe Kolleginnen und Kollegen des Generalrates, es liegt mir daran, ihnen meinen Dank für ihr Vertrauen auszusprechen. Es war für mich – ich wiederhole mich – eine Ehre, Präsident dieser noblen Vereinigung zu sein und ein Jahr in guter Gesellschaft mit Ihnen zu arbeiten.

Je souhaite plein succès à M. le Président nouvellement élu, M. M. Bugnon, que je remercie pour son aide et ses conseils avisés.

Je lève la séance pour la dernière fois, M. le Président nouvellement élu, je vous cède la place !

Que Vive notre Conseil et que vive Fribourg–Freiburg !  Es lebe unser Generalrat und es lebe Freiburg–Fribourg !

Pierre-Olivier Nobs

Publicités