Chers amis et lecteurs,

Hier, j’ai envoyé au quotidien « La Liberté » ma réponse à la réaction du Président de « Sauvez Schwyberg » à mon courrier de lecteur.

Je suis d’accord avec ce Monsieur lorsqu’il prétend que le paysage ne peut être renouvelable. Mais n’oublie-t-il pas que les éoliennes sont des éléments paysagers réversibles et que leurs impacts pourraient être d’une durée assez limitée (comparée à ceux d’une centrale nucléaire).

Par contre, je ne suis pas d’accord pas lorsqu’il utilise comme argument, le fait que les éoliennes produisent peu de courant électrique. Tout le monde a compris que les énergies renouvelables ont une productivité limitée sur chaque site et que c’est dans la multiplication des aires de productions que réside en partie la solution pour remplacer les centrales nucléaires.

Vous pouvez-lire ma réponse à la réaction du Président de « Sauvez Schwyberg » dans ma rubrique énergie et climat.

Bonne lecture !

Pierre-Olivier Nobs

Publicités